Travaux de restauration

La singularité historique, architecturale et artistique du Park Güell fut reconnue en 1969 par l’État espagnol, qui le classa monument d’intérêt culturel.

En 1984, l’Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture (UNESCO) alla plus loin et le classa au Patrimoine mondial. Cette distinction est décernée à tous les espaces naturels et biens culturels du monde de grande valeur qui doivent être protégés pour en garantir la conservation afin que les générations futures puissent en profiter.

Cette mission ne pourrait pas être menée à bien sans un travail constant de conservation, de restauration et de protection de ce bien d’intérêt culturel.

Parfois, ces travaux peuvent altérer d’une certaine manière la visite. Toutefois, ils sont indispensables pour améliorer l’état et la préservation du patrimoine du parc.

Une fois achevée la restauration intégrale de l’escalier du Dragon, débuteront des travaux de nettoyage et de conservation du banc de la place Natura. Ces derniers sont effectués environ tous les douze mois afin de vérifier l’état du banc et de réparer les éventuels dommages détectés. Ces travaux sont indispensables pour protéger ce bien patrimonial. Ils ne gênent pas la visite du parc, puisqu’ils touchent d’abord les parties latérales du banc, avant de se concentrer sur la partie centrale dans un deuxième temps. Il est donc possible de profiter du banc à tout moment et d’admirer la superbe vue panoramique sur la ville.

Ces actions d’amélioration s’inscrivent dans le cadre du Plan de travaux sur le patrimoine architectural, le patrimoine naturel et l’environnement du Park Güell, à la demande de la Commission de gouvernement de la mairie de Barcelone. Plus concrètement, dix projets faisant partie de ceux gérés par B:SM ont eu le feu vert à la demande de la mairie dans le cadre de la réglementation de l’accès à l’enceinte. Ils ont été promus en collaboration avec le Service de l’écologie, de l’urbanisme et de la mobilité et les districts de Gràcia et de Horta-Guinardó. En tout, ce paquet de travaux représente dans son ensemble un apport de 10,6 millions d’euros.

Travaux de restauration